Publié le 1 novembre 2018 à 05:21 Publié par :

DOSSIER | L’évolution des versions portables de Tomb Raider

La saga Tomb Raider a vu naître la plus célèbre des aventurières du monde du jeu vidéo. Nous étions assis devant l’écran cathodique de notre console de salon ou de notre ordinateur, manettes en main, regard fixé sur le clavier, prêt à retrouver et contrôler Lara Croft pour des heures de plaisir ou de souffrances intenses. Mais qui aurait pu imaginer qu’en 1996, nous pourrions un jour transporter l’univers du jeu dans notre poche pour pouvoir y jouer n’importe où, n’importe quand ?

Je vous propose aujourd’hui de replonger dans un dossier évoquant l’évolution des versions portables de Tomb Raider au fil des années. Lara Croft a-t-elle réussi le pari de conquérir un nouveau marché ?

Game Boy, là ou tout commence...

Tout commence quelques mois après la sortie de La Révélation Finale. Eidos demanda à Core Design en partenariat avec THQ de développer une version miniature à destination de la GameBoy Color, une console portable très populaire à l’époque, notamment suite au succès critique et commercial sans précédent de Pokémon. Baptisé Tomb Raider, le jeu est pour la première fois en 2D compte tenu des limitations techniques de la machine. Les fans pourront retrouver le Pérou, un pays que les fans de Lara connaissent bien, l’ayant déjà traversé dans sa toute première aventure. La recette classique ne change pas, Lara devra toujours activer divers interrupteurs afin d’ouvrir plusieurs portes pour progresser dans les différents niveaux. La nage est de retour ainsi que l’essence même des jeux Tomb Raider, à savoir l’atmosphère pesante et le sentiment d’évasion et de contemplation. La dynamite, apparu furtivement dans une version préliminaire du Tomb Raider original est de retour, ainsi que les trousses de soins et les doubles pistolets. Le gameplay, pour sa part, est très bien retranscrit, Lara est capable de s’animer et de bouger convenablement. Le tout premier épisode est un succès critique commercial, qui prouve qu’il est tout à fait possible de retranscrire l’ambiance et l’atmosphère de la série, sans utiliser la 3D si propre à la modélisation de la licence. De plus, proposer un scénario inédit avec des niveaux courts, rapides et structurés font de cet épisode un excellent opus.

Blien heureux de l’accueil réservé par la presse et les fans à l’épisode portable précédent, Eidos mit en place une suite directe, cette fois-ci à l’aide du studio Activision. Intitulé La Malédiction de l’Épée, l’épisode de 2001 ajoute un nouveau scénario, ainsi que des niveaux plus longs et plus larges. Le titre n’est plus forcément adapté aux parties rapides, mais reste une excellente aventure, reprenant les codes graphiques et le moteur du précédent opus. Cet épisode réitère l’exploit de faire encore plus voyager le joueur et les graphismes s’étoffent avec de nouvelles palettes de couleurs. Certains niveaux deviennent chronométrés et ajoutent une dimension rarement vue dans la saga. L’épisode reste bien accueilli malgré le fait que la recette ne change que très peu et n’innove pas plus que ça.

Never stop, advance !

Les jours, les semaines et les mois défilent et Eidos ne semble alors pas décidé à promouvoir un troisième épisode portable sur GameBoy Color. Les technologies vieillissantes de la console et la sortie sur le marché de la GameBoy Advance, nouvelle itération surpuissante de la console phare de Nintendo, quelques mois avant la sortie du deuxième épisode, font douter sur l’avenir des versions portables de Tomb Raider. Mais alors qu’on ne s’y attendait pas, Eidos lève le voile à l’E3 2002 sur un nouvel épisode portable à destination de la GameBoy Advance. Surnommé Tomb Raider : The Prophecy, on apprend qu’il sera développé par Ubisoft, visiblement très fier d’avoir acheté les droits de la licence pour concevoir le premier épisode GBA.

Le titre propose un scénario inédit ainsi qu’un changement radical dans la perception même de ce que devrait être Tomb Raider. La 2D précédemment utilisée est abandonnée pour un moteur 3D isométrique du plus bel effet. Le modèle original de Lara ainsi que ses mouvements sont exécutés de la même manière que sur console de salon et rendent Lara plus belle que jamais. Le titre est très respectueux et rend hommage aux fans de la première heure en incluant un nouvel inventaire digne des premiers épisodes. La palette graphique va même jusqu’à utiliser des textures provenant des niveaux emblématiques de Tomb Raider 1, à savoir l’utilisation des textures du Monument St Francis ou encore du Palais de Midas. A peine nous débutons le jeu que le premier niveau semble être un copié-collé de l’ouverture de l’épisode fondateur. Une porte s’ouvre face à Lara au sommet d’une montagne. Ça ne vous rappelle rien ? Malheureusement, la possibilité de nager a complètement disparu de cet épisode, mais l’eau reste visible et reprend les textures des premiers opus PS1. Les niveaux sont plus courts, mais plus nombreux et les énigmes sont poussées à leur paroxysme. Afin de reprendre certains passages chronométrés de l’épisode portable précédent, certains leviers ont désormais une durée variable avant de se rabaisser. Dans l’optique de faire évoluer le gameplay, les développeurs choisissent d’ajouter un véritable sprint au gameplay avec une barre d’endurance. Les doubles pistolets, les petites et grandes trousses de soins sont désormais modélisés comme sur console de salon. Le titre ajoute des cinématiques en temps réel et le nombre d’ennemis a été revu à la hausse. Enfin, pour la première fois sur un épisode portable, l’ombre de Lara est désormais visible pour le joueur. C’est l’un des meilleurs épisodes de Tomb Raider, tous formats confondus.

Le premier portage mobile !

En fin d’année 2002, Eidos propose aux possesseurs de Pocket PC d’accompagner Lara Croft dans sa toute première aventure avec un portage du premier épisode. Bénéficiant pour la première fois dans la série d’une compatibilité tactile pour les appareils compatibles, cette version propose une fréquence d’image assez faible. Malheureusement, compte tenu d’une méthode d’installation fastidieuse (il fallait utiliser un CD-ROM, entrer la clé de licence du logiciel puis se connecter à internet pour vérifier le tout) et d’un pauvre parc de terminaux compatibles, cette version spécial de Tomb Raider passera un peu inaperçu et ne bénéficiera d’aucune promotion par l’éditeur. De plus, avec la fermeture des serveurs, il n’est plus possible d’activer le jeu de nos jours, faisant de cette édition la plus rare de nos jours. Précisons tout de même que ce portage a été réalisé avec l’aide de Microsoft à destination de Windows CE, très populaire à l’époque comme système d’exploitation pour les PDA.

Pour faire patienter les fans quelques mois avant la sortie de Tomb Raider : L’Ange des Ténèbres, Eidos annonça une trilogie de jeu mobile basée sur la plateforme Java, permettant de télécharger le jeu sur un téléphone mobile compatible. À cette époque, ces jeux, souvent proposés à petits prix dans certains magazines et catalogues en tant que publicité, étaient très populaires et compatibles avec de nombreux téléphones à clapet. Tous édités par IOMO, il s’agit des trois premiers jeux vidéo portables de la licence à être uniquement disponible en téléchargement numérique.

Le premier, The Osiris Codex, reprend le gameplay 2D pour un épisode se déroulant en Égypte. Bien qu’assez surprenant, le titre est bien inférieur aux épisodes sortis sur GameBoy Color de l’époque. Sa suite, Quest of Cinnabar se poursuit au Tibet. Le dernier épisode, Elixir of Life vous permet de voyager jusqu’en Écosse pour mettre un terme à cette aventure inédite. Chaque jeu comprend 15 niveaux assez rapides à terminer et promet de prolonger l’expérience portable de la licence. Disponible durant l’année 2003 et 2004, la trilogie est censée aider à promouvoir L’Ange des Ténèbres, en reprenant l’artwork du jeu.

N-Gage le premier téléphone de jeu

Une très grosse avancée dans l’univers des jeux portables de la licence Tomb Raider se produit fin 2003. Le géant de la téléphonie, Nokia, met sur le marché le premier téléphone dédié aux jeux vidéo, la N-Gage. Avec des caractéristiques techniques se rapprochant de la PlayStation 1, le terminal est capable de faire tourner de véritables jeux 3D en temps réel. En collaboration avec Idea Works 3D! et Core Design, le titre Tomb Raider : Starring Lara Croft déboule sur le marché.

Véritable portage du premier épisode PS1, le titre comprend l’intégralité des niveaux de la version d’origine avec les bruitages de l’époque. Seule ombre au tableau, les thèmes musicaux sont absents compte tenu de la taille de la carte mémoire des jeux, à savoir généralement de 32 Mo. Autre information intéressante, afin de respecter la portabilité du titre, Lara continue sa course automatiquement quand on décide de la faire avancer. Heureusement, il est tout à fait possible de la stopper à nouveau en appuyant sur la touche permettant de la faire marcher. De plus, Lara Croft porte la tenue de L’Ange des Ténèbres dans cette version spéciale. Enfin, le titre proposait à l’époque le premier mode multijoueur de la licence, il était possible de télécharger la course d’un ami afin de tenter de battre son record. De plus, une fonction d’enregistrement permettait d’avancer et de reculer pendant des actions afin de revivre les moments clés de l’aventure. À noter qu’en raison du support, la santé des ennemis a été revue à la baisse. Il ne faut que quelques tirs pour mettre à terre les loups, voir un seul pour les chauves-souris. La version N-Gage a marqué un tournant dans l’évolution des versions portables de Tomb Raider en permettant de revivre les mêmes sensations que sur console de salon, et ce, au creux de nos mains.

Legend, l'exploitation de licence sur console portable...

Il faudra malheureusement attendre de nombreux mois avant de voir de nouveau débarquer Lara Croft dans une nouvelle version de poche. Au cours de l’année 2006, Tomb Raider Legend est proposé sur de nombreuses consoles de salon. Afin de continuer à soutenir les consoles portables, Eidos fit commande de versions à destination de la GameBoy Advance, Nintendo DS et PlayStation Portable. La version GBA est un fiasco critique : les animations de Lara sont en dessous de la version GBC de 2001, et la 2D est vieillissante et les cinématiques sont remplacées par des planches à dessins. Quant à la version DS, l’aventure portable ne fait plus rêver, malgré le support de la 2,5D qui n’apporte aucune amélioration. Des mini jeux sont ajoutés sans bouleverser quoi que ce soit. Bonne nouvelle, la majorité des cinématiques vidéos sont enfin disponibles. Enfin, la version PSP mise quant à elle sur un portage de la version PS2. Un mode «Tomb Trials» permettant de s’échapper de plusieurs tombes remplies de pièges aussi divers que variés est ajouté, ainsi que des pistes audio et tenues exclusives. Bien que meilleure que la version GBA et DS, cette version souffre de nombreux problèmes de ralentissements, rendant certains passages difficiles.

Legend sur Gameboy

Les cinématiques en BD...

Legend sur DS

Legend sur PSP

Legend sur PSP

Le Puzzle Game

En fin d’année 2006, le mystérieux Tomb Raider : Puzzle Paradox est disponible au téléchargement pour les mobiles compatibles. Basé sur la technologie Java, et reprenant une infime partie du scénario de Tomb Raider Legend, le jeu consiste à résoudre plusieurs puzzles de couleurs, de gemmes, de pierres afin de débloquer une partie de l’intrigue de TRL. Édité par Iomo et développé par Infospace, ce titre mise sur la logique et la persévérance , tout comme un certain Docteur Kawashima sur Nintendo DS…

Anniversary un portage à merveille sur PSP

Une année plus tard, afin de soutenir le lancement de Tomb Raider Anniversary, une version téléphone mobile et PSP est présenté. La première, reprend le même moteur et les mêmes caractéristiques que la trilogie Java initiée en 2003 et n’est donc qu’une copie camouflée et liftée dans le monde péruvien de TRA, tandis que la version PSP reste aujourd’hui la version portable la plus séduisante et la plus respectueuse du support portable. Le jeu est une copie 3D conforme et respectable de la version PS2. Les ralentissements ont enfin disparu, des tenues exclusives sont de retour, ainsi que l’ajout de certains couloirs étendus dans l’aventure principale et des éléments du gameplay sont modifiés. La version pousse les capacités de la PlayStation Portable à leur paroxysme.

Underworld exploite au mieux la DS

En 2008, pour accompagner la sortie des versions consoles de Tomb Raider Underworld, Eidos dévoile une version Nintendo DS. Entièrement réalisé en 3D isométrique, ce portage est bien plus respectueux que le portage DS précédent avec l’introduction de réels mini jeux permettant l’utilisation du stylet et du micro de la console portable de Nintendo ainsi que de l’intégration de niveaux très courts fidèles à son homologue console. Malheureusement, l’âme des toutes premières versions portables semble avoir disparu, et les portages de ces dernières années tendent à montrer qu’une version portable est un atout de promouvoir les consoles de salon par l’éditeur, et non plus un travail destiné aux admirateurs de la licence et de console portable.

Exploitation à la dérive

Avant de terminer, peut-être avez-vous eu en possession une version mobile que je ne vous ai pas encore présentée ? Effectivement, dans le but de ne pas alourdir davantage ce dossier au moment d’en parler, Tomb Raider Legend et Tomb Raider Underworld ont eu le droit à une version portable à destination de certains téléphones compatibles. Entièrement réalisé en 3D, le moteur graphique alternait entre des vues 2,5D et de nombreux passages en « Quick Time Event », c’est-à-dire presser une touche au plus vite avant de tuer Lara. Malheureusement, ces portages basés sur les versions consoles ne bénéficiaient que d’un rendu technique agréable. De nombreux niveaux avaient été supprimés et n’ont donc pas été inclus sans parler d’un scénario incompréhensible. C’est d’autant plus dommage quand on retourne quelques années en arrière et comment les épisodes GameBoy ont bénéficié d’un développement dévoué et respectable pour les fans de la série. À noter que pour compliquer le tout, une version 2D de Tomb Raider Underworld fut également disponible peu de temps après.

L'ère des Smartphones

Que s’est-il passé ces dernières années avec la licence Tomb Raider ? Le rachat de la saga opéré par Square Enix en 2009 semble avoir bousculé le marché portable. Les années 2013 et 2014 ont vu sortir respectivement une version remastérisée de Tomb Raider I et Tomb Raider II à destination d’iOS et Android. Conçu par Realtech VR, ces versions incluaient de nouvelles textures ainsi que des effets sonores retravaillés. Petite anecdote, les niveaux supplémentaires de la version longue de Tomb Raider I et de Tomb Raider II étaient présents. Enfin, certains bruitages provenant du deuxième épisode, comme le bruit lorsque Lara tire avec ses doubles pistolets ou le bruit de l’eau, étaient directement présents dans le premier épisode. Tristement indisponible de nos jours suite à la suppression opérée par l’éditeur, la saga dérivée Lara Croft a eu le droit à quelques épisodes mobiles, certes, mais plus du tout destiné aux consoles portables.

Jusqu'au-boutisme, l'échec "Reflections"

Alors que la vente de téléphones intelligents, populaires sous le nom de «smartphone», croit de jour en jour, Square Enix s’est lancé dans le marché juteux des applications mobiles avec le premier jeu Lara Croft : Reflections. Détrompez-vous, ce titre est en réalité un jeu de cartes uniquement disponible en Australie et Nouvelle-Zélande en 2013. Le titre nécessitait une connexion internet obligatoire pour fonctionner ainsi que des achats intégrés facultatifs. Ce fut un échec avant même qu’il ne soit lancé dans le reste du monde. Finalement, le jeu est annulé quelques mois plus tard et fut enterré aussi vite qu’il n’est arrivé.

Smartphone un jour, smartphone toujours...

Au printemps 2015, l’éditeur japonais surfe sur le phénomène des jeux «endless-running» et présente Lara Croft : Relic Run. Un petit pas en avant est opéré par Square Enix qui réintroduit la jungle et un certain T-Rex au cours d’une course sans fin. Des tenues, des armes et des pièces permettant de progresser plus rapidement sont proposées à l’achat séparément. Le jeu est une réussite. Des mises à jour permettant d’ajouter de nouveaux environnements et d’améliorer sans cesse le jeu, notamment la mise en place de véhicule et de boss, font de cet épisode un excellent compagnon de jeu pour des parties rapides.

Le Puzzle Game moderne

Enfin, l’épisode spin-off le plus marquant de la licence est sans contexte Lara Croft Go. Disponible à la toute fin de l’été 2015, édité et développé par Square Enix Montréal, le titre nous propose d’incarner Lara Croft dans un jeu au tour par tour, dans des décors somptueux peints à la main et riches en couleurs. Entre puzzles à élucider, leviers à activer et ennemis à éviter, toutes les valeurs de la saga Tomb Raider sont réunies. Le menu principal tournant, tout comme certains bruits d’ambiance sont de retour. L’effet sonore à la découverte d’un secret dans les premiers épisodes, est repris tel quel. L’émerveillement, la contemplation et le dépaysement caractérisent cette aventure incroyable. Initialement prévu sur mobile, le jeu sera porté quelques mois plus tard sur PC, PS4 et PS Vita avec une extension inédite comportant de nouveaux niveaux. Enfin, les achats intégrés sont moins présents et semblent moins visibles.

La PS Vita, unique étendard des consoles portables dans l’univers Tomb Raider à ce jour, a eu le droit à une version dédiée de Lara Croft Go, avec des graphismes en déca des versions consoles mais en prime la possibilité de jouer en utilisant soit l’écran tactile ou bien le pad et les boutons. Signalons également la compatibilité avec les versions PSone et PSP des jeux Tomb Raider de l’époque pour une session de rétro gaming. Que reste-t-il aujourd’hui en 2018? Tomb Raider : Definitive Edition et Rise of the Tomb Raider : Edition 20ème Anniversaire sont compatible avec la fonction Lecture à distance de la PS4 vous permettant de jouer sur la console portable de Sony. Nous pourrons ajouter dans quelques jours Shadow of the Tomb Raider dans la liste des jeux compatibles avec la fonction Remote Play.

En attendant la suite...

Nous touchons à la fin de ce dossier que j’ai eu plaisir à rédiger. L’engouement et l’excitation des versions portables de Tomb Raider semblent tristement terminés et révolus à ce jour, laissant la place à un nouveau marché à destination des smartphones et tablettes. En analysant de plus près toutes ces années de portages de jeux Tomb Raider, de versions aussi différentes soient-elles en fonction du support, je me pose une seule et unique question : Quel sera le destin des versions portables et mobiles de Tomb Raider dans les dix prochaines années ? Il est évident que les joueurs auront une part de responsabilité dans le déploiement et la réussite de futurs épisodes mobiles, mais c’est également à Square Enix et les potentiels développeurs de suivre la tendance du mobile. Alors que les versions portables tendent à disparaître complètement, le marché du mobile est lui, en plein essor.

Et vous, chers lecteurs, chers fans, chers admirateurs de Tomb Raider et Lara Croft. Qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à nous faire part de votre ressenti concernant l’évolution des versions portables, vos attentes pour les années à venir sur les futures versions mobiles, et votre meilleur souvenir sur ces versions mobiles ? Au plaisir de vous lire !

Un énorme merci à JEUXVIDEO.COM de nous avoir fournit la plupart des captures d’écran de ce dossier. Les autres images appartiennent aux éditeurs respectifs de ces versions portables de Tomb Raider. Enfin, un petit coucou à Blue.phoenix13 du staff de Tomb Raider France pour la correction !


Catégories : Core Design, Crystal Dynamics, Eidos Montréal, Lara Croft, Square Enix, Tomb Raider 1, Tomb Raider 2, Tomb Raider Anniversary, Tomb Raider Legend, Tomb Raider Underworld

Publié par :


Laisser un commentaire

Publicité :

© Tomb Raider France 2008 - 2018
© Lara Croft et Tomb Raider sont des marques déposées de Square Enix Ltd.

Suivez nous sur les réseaux :