'
.
_

lundi 20 octobre 2008

Prologue : Seconde Chance

*
PROLOGUE : SECONDE CHANCE
* Surrey – Angleterre – 25 Octobre 2003 – 22 :45 *
Lara Croft venait de rentrer dans son Manoir. Il était totalement désert et il y régnait un froid glacial. L’obscurité qui y régnait donnait un air de mort à la demeure des Croft, dans lequel personne n’était plus rentré depuis des années. Un éclair accentua cette étrange vision cauchemardesque et la pluie commença à tomber. Lara referma les grandes portes du manoir, avant de s'aventurer dans les sombres couloirs. Depuis son accident en Égypte, elle avait tenté de rompre les liens avec sa vie passée. Elle n’avait pas revu Winston, son majordome et ami. Il n’était pas dans la demeure, comme prévu depuis qu'elle avait abandonné sa demeure, étant parti vivre chez Lord Henshingly Croft et sa femme Lady Angeline Lodge Croft, les parents de Lara.
La pilleuse de tombe retourna dans le hall d’entrée. Les grands escaliers qui menaient au premier étage étaient comme dans ses souvenirs. Lara marcha dans toutes les pièces, dans tous les couloirs, qui étaient chargés d’histoire. Durant toute sa vie, elle s’était sentie heureuse et prenait joie à revenir dans cette maison, quand elle venait d’explorer un tombeau. Elle racontait à Winston ses aventures, ce dernier ayant bu ses paroles lorsqu’elle lui avait raconté son combat contre Jacqueline Natla et lui avait montré les fragments restants du Scion, la relique Atlante dont les restes se trouvaient dans la salle des trésors… La salle des trésors ! Elle venait d’y penser tout à coup, elle se trouvait derrière un mur, dans l’entrée. C’était elle qui avait inventé le système pour y entrer. Il fallait empoigner le chandelier qui était accroché au mur dans l’entrée, le plus proche de la porte, et le retourner vers le sol. Ce qu’elle fit : le mur venait de coulisser pour former une entrée. Lara entra dans la salle qui venait de s’ouvrir à elle. Elle était totalement obscure, aucune lumière ne l’éclairait. La pilleuse de tombe sortit un briquet de sa poche et l’actionna. Une tête de Dinosaure était accrochée au dessus de la cheminée que la jeune femme ne tarda pas à allumer. Un bon feu réchauffa l’ambiance et, épuisée, Lara se laissa tomber dans un fauteuil avant de fermer ses paupières, exténuée.
*
Elle vit de nombreuses choses durant son sommeil. Elle se vit tomber dans un trou, à l’intérieur même de la grande pyramide qui l’avait ensevelie, Von Croy lui tendant la main désespérément.
Lara courrait dans le couloir d'un tombeau égyptien. Elle boitait et saignait beaucoup, des gravats et du sable menaçant de l'ensevelir. Elle voyait un passage qui s'était ouvert, à quelques mètres devant elle, une source de lumière improbable, à travers les voiles de sables qui tombaient devant elle. Elle s'élançait le plus vite possible pour atteindre cette seule issue, porte de sortie d'un enfer archéologique qui venait de l'épuiser. Puis, elle y arriva. Tel un animal, elle grattait le sable de ses mains pour agrandir l'ouverture et se laisser passer. Elle avait ensuite marché durant deux heures, voulant s'éloigner de la tombe qui avait faillit être la sienne. Von Croy était derrière, mais pourquoi vouloir le retrouver ? Et pourtant, c'était tout aussi simple et cela lui épargnerait de la douleur mais elle continua. Depuis ses 16 ans, elle devenue indépendante. Cela n'allait pas changer, même aujourd'hui. Puis, d'épuisement, elle tomba, face contre terre, le sable lui brulant le visage. Elle poussa alors un cri de désespoir, des larmes lui coulant du visage.
- Ô Soleil ! Dieu de la vie ! Pourquoi m'as tu laissé ?
Ce fut à cet instant que la première Lara était morte. Elle venait de sentir la haine monter en elle. Elle voulait retrouver Von Croy, le tuer avec violence. Elle voulait le massacrer, oubliant qu'il avait tenté de l'aider.
Elle avait alors sombré dans un profond sommeil et s'était réveillée dans un lit, recouverte d'un très léger et mince drap blanc. Elle avait été sauvée par une tribu nomade et ses blessures avaient été guéries par Putai, une shaman aux pouvoirs très puissants.
*
Tout changea… Le décor, tout… Elle marchait sous la pluie, dans Paris. Elle se dirigeait vers un immeuble. Elle s’arrêta devant un interphone et appuya sur le bouton correspondant au nom du résident : Von Croy. La voix de son ancien mentor s’éleva d’un minuscule haut-parleur.
- Oui ? dit-il en français.
- C’est moi, Werner… répondit Lara.
La porte d’entrée s’était ouverte. Elle avait pris un ascenseur et était montée jusqu’au dernier étage. Von Croy l’attendait devant la porte de l’ascenseur.
- Lara… dit-il. On t’a suivie ?
- Non, Werner.
Il l’avait fait entrer dans son appartement.
- Je suis désolé de t’avoir dérangée, annonça t-il.
- J’étais déjà en France, Werner. J’ai un manoir près de Paris. J’espère juste que tu ne vas pas me faire perdre mon temps.
Il lui avait servi une tasse de thé. Un éclair illumina l’appartement qui était plongé dans l’obscurité. Lara alla regarder, par la fenêtre, la pluie qui tombait sur les toits parisiens.
- Triste soirée… se dit-elle.
- Il y a quelque chose dont j’aimerais te parler, Lara.
Il l’invita à s’asseoir, ce qu’elle fit.
- Il y a un psychopathe à Paris, annonça le vieil homme.
- J’ai lu les journaux, le Monstrum… 16 victimes en quelques années…
- Je vais t’annoncer quelque chose, Lara. Je suis mêlé un peu dans cette histoire de meurtres.
Lara fronça les sourcils. Comment Werner Von Croy pouvait-il être mêlé à cette histoire ?
- Werner, viens-en au fait !
- Aide moi, Lara ! Récupère quelque chose pour moi, sinon ils me tueront !
Ils ? S’étonna Lara. Werner était en danger de mort. Pourquoi ? Cette histoire commençait à intéresser la pilleuse de tombes.
- Continue…
*
Le décor changea une nouvelle fois. Elle marchait dans un couloir de la forteresse du Strahov, tenant le Chirugaï de son équipier, Kurtis. Ce dernier avait mystérieusement disparu. Toutefois, son arme, qu’il contrôlait grâce à ses pouvoirs psychiques semblait le repérer. Elle était sur la bonne voie. Elle allait le retrouver et pourrait lui dire que tout était terminé. Mais, soudainement, l’arme ne réagit plus du tout. Elle avait beau l’ouvrir, il demeurait inerte. Puis, Lara comprit la dure réalité : Kurtis venait de mourir. Il avait dû être blessé par Boaz et était mort de ses blessures, après avoir tenté de s’échapper. L’archéologue fut alors attristée par la mort de ce personnage, même si elle ne l’avait pas bien connu. Elle était certaine que c’était quelqu’un de bien.
*
Lara se réveilla. Le feu était toujours allumé. Elle était triste dans un sens de s’être souvenue de Werner. Tout le temps où elle était accusée de son meurtre, elle avait pensé : elle était furieuse contre Von Croy mais n’avait jamais voulu sa mort. Pendant deux mois où elle avait été emprisonnée, s’étant rendue à la police française car sa mission était terminée, elle avait réfléchit. Toutes les charges contre elle avaient été levées lorsque qu’une caméra cachée avait été découverte dans la maison de Werner, et lorsque la vidéo du meurtre témoigna que c’était Eckhardt, l’assassin. Personne n’avait vu grâce à la qualité d’image qui n’était pas la meilleure qu’il s’agissait de Karel, le monstre, le Nephilim.
*
La pilleuse de tombes était restée plusieurs heures à songer à son futur. La mort de deux personnes de son entourage l’avait bouleversée. Lara regarda autour d’elle, vit la dague de Xian, les fragments du Scion et l’Iris. Elle ne se sentait plus de faire le tour du monde pour chercher des reliques et mettre en danger la vie de ses amis. Ce qu'elle fit par la suite, elle eut du mal à le croire mais pourtant, elle savait que c'était le meilleur choix. Elle venait de prendre sa décision.
*
L’allumette en flamme mit du temps pour atteindre le produit répandu sur le sol du manoir. Des minutes semblaient s’écouler avant que le manoir ne prenne feu. Puis tout arriva dans le cerveau de l’anglaise en un instant : elle venait de mettre le feu à sa demeure ! Elle n’avait pas perdue la raison, elle était sûre qu’elle faisait le bon choix.
- Il est temps de dire adieu au passé… Il est temps de se consacrer au futur, Lara ! se dit-elle à haute voix.
Un sentiment de bonheur envahit l'aventurière, alors qu’elle sortait du manoir en flammes. Elle était libre des chaînes qui la retenait aux pyramides, au Monstrum… Elle venait d’avoir une seconde chance : celle de commencer une nouvelle vie.
* *
*