'
.
_

mardi 21 octobre 2008

Chapitre 8 : L'Emprise du Deamon

~
CHAPITRE 8 : L'EMPRISE DU DEAMON
~
Lara ne comprenait pas un mot de ce que voulait dire cet homme. Le Daemon Flamma, l'Ange des Nephilims, qui contrôlait Stanislas ? Cela méritait d'approfondir ce point.
- Viktor, j'ai besoin de comprendre ! Il y a cinq peintures d'Obscura. À quoi sert cette énigme à double-sens ?
Ils murmuraient à présent, comme s'ils craignaient que quelqu'un puisse les entendre.
- Je suis confus, annonça alors Stanislas. Werner m'a envoyé une dernière lettre, quelques semaines avant sa mort. Il m'a écrit qu'il pensait que les peintures abritaient des entrées d'un lieu gigantesque souterrain. Seulement quatre de ces peintures ont un sens. La cinquième m'est totalement inconnue. J'ai découvert en faisant des recherches que la première peinture représentait, malgré ses airs catholiques, un temple souterrain à Istanbul.
- Continuez...
- Il y a qu'auparavant j'ai visité un temple sans lien apparent avec ce lieu. J'ai trouvé une pierre étrange, une relique. Je l'ai touchée et... je vais vous paraître cinglé mais croyez-moi, Lara ! Elle s'est enfoncée dans mon cœur.
- Pardon ? S'étonna Lara.
Discrètement, il déboutonna sa chemise et révéla une étrange blessure qui paraissait récente. Il referma précipitamment son vêtement avant de reprendre :
- Depuis, cette créature qui répond au nom de Daemon Flamma, communique avec moi. Elle me contrôle à distance, si j'en crois les textes qui se trouvaient dans ce temple. Depuis, je suis obligé de lui obéir sinon, ce démon m'oblige à me mutiler. Cette blessure... Je me la suis faite, il y a quelques minutes... Et si, j'échappe à son contrôle trop longtemps, il prend possession de mon corps pour quelques minutes et je ne peux rien y faire.
Il eut une mimique étrange qui ne présageait rien de bon, surtout lorsque Lara la vit se répéter plusieurs fois.
- Viktor ! Continuez, je vous en prie !
Mais Stanislas semblait avoir beaucoup de mal pour parler, comme il suffoquait.
- Alors... Il m'a dit de trouver une relique... Cachée en Turquie. Alors, je m'y suis rendu... Il m'a ordonné de trouver cet artefact qui serait la première partie d'une grande puissance capable de réveiller complètement le Daemon. Il m'a aussi dit de réveiller des Nephilims, qui seraient mes alliés pour le réveiller. J'ai tout pouvoir sur eux mais je ne peux les interdire de faire du mal, c'est dans leur nature. Aussi, le Daemon m'a contrôlé au moment où je voulais les empêcher de tuer vos parents...
Le cœur de Lara fit un bond dans sa poitrine en entendant cela de la bouche de cet homme. Était-il sérieux ? Lara ne savait plus quoi penser !
- Et ce soir, il m'a forcé à me mutiler pour me punir. N'ayez crainte pour moi, mes blessures cicatrisent vite : il a besoin de moi vivant.
- Viktor...
- La première peinture, coupa Stanislas qui paraissait très pressé, représente l'entrée en Turquie, là où les Nephilims étaient endormis. Ce n'est pas clairement représenté mais il y a des indices, le plus souvent en arrière plan, qui prouvent ce que j'avance. C'est comme ça que j'ai trouvé l'Arche des Nephilims. La seconde peinture représente l'Italie et plus particulièrement Venise. Je pense qu'il y a des cryptes cachées sous la basilique Saint-Marc.
- À Venise ? S'étonna Lara. Stanislas, c'est ridicule ! Venise est un marécage ! Vous imaginez des couloirs sous-marins ?
Stanislas fit soudainement un mouvement violent en direction de Lara, lui saisissant brutalement le poignet. La pilleuse de tombes remarqua alors les gouttes de sueur qui perlaient sur son front. Ses yeux étaient grand ouverts et il était devenu très pâle. Les invités qui avaient remarqués ce geste étonnant s'arrêtèrent de danser. Quand à Lara, elle avait comprit que Stanislas était prêt à craquer.
- Viktor ! Restez avec moi ! Dit-elle.
- NE SOUS-ESTIMEZ PAS LES POUVOIRS DE L'OEIL ! Rugit-il, faisant sursauter tout le monde. Le regard effrayé de Stanislas disparu mais Lara fut la seule à comprendre ce qu'il se passait : le regard de l'homme qui était au bord des larmes était devenu en un instant froid et annonciateur d'un danger imminent. Ils se regardèrent dans les yeux et les yeux verts de Stanislas devinrent jaunes et seule Lara remarqua ce changement brutal, effrayant. Ils semblaient s'illuminer et une voix glaciale retentit soudainement, non pas dans la salle, mais dans la tête de l'archéologue, qui poussa une exclamation de stupeur.
« Comprends-tu, Lara Croft ? Comprends-tu où je veux en venir ? »
Lara ne savait pas ce qu'il se passait mais le décor autour d'elle changea. La salle de bal disparut, les invités disparurent, le Lux Veritatis et les Nephilims disparurent, Stanislas disparut... Seuls les deux grands yeux jaunes brillaient toujours, les deux questions se répétant et se confondant.
~
Pour quelles raisons Kurtis avait-il frappé trois coups secs à la porte du bureau de Stanislas ? Il n'en savait rien lui même et ouvrit la porte sans attendre de réponse. Et puis, de toutes façons, le grand bureau était vide.
- Mais où sont-ils tous ? S'étonna Kurtis.
Il n'avait croisé personne. Comment cela se faisait-il ? Rien n'était surveillé. Viktor était-il suffisamment orgueilleux pour penser que personne n'oserait s'introduire dans sa propre tour ?
L'infiltration avait été rapide et facile, ce qui était totalement contraire à leurs prévisions.Trent avança naturellement vers l'ordinateur de Stanislas et encore une fois, il fut surpris de le trouver allumé et sans protection par mot de passe, qui plus est.
C'est quoi cette connerie ?
Kurtis ne comprenait rien à rien. Tout ça n'était pas logique et pendant une seconde, il s'était attendu à ce qu'on lui tende un piège. Il se tourna vivement vers l'entrée du bureau mais personne ne semblait vouloir se jeter vers lui. Il reporta donc son attention sur l'écran de l'ordinateur. Il cliqua sur plusieurs fichiers les inspectant minutieusement. Il navigua comme cela sur les différents dossiers avant d'ouvrir un document très intéressant. Mi-satisfait, mi-étonné, il brancha une clef USB sur le port correspondant et fit une copie.
~
Vittoria avait senti une très mauvaise aura lorsque Stanislas avait pénétré dans la salle mais jamais elle ne pensait qu'elle deviendrait aussi forte soudainement. Elle avait sursauté en entendant un rugissement qui provenait de l'endroit où se trouvait Lara et leur ennemi. Un vent glacial semblait avoir frappé la salle et les Veritatus ne furent pas étonnés de voir la lumière baisser. Les Nephilims allaient attaquer. Liv paraissait terrifiée. Elle fixait Lara qui se tenait droite, inexpressive, ses yeux grands ouverts, ne cillant à aucun moment.
- Que se passe t-il ? Murmura Vittoria en oubliant de fermer ses pensées.
- Ferme tes pensées ! Grogna Scott qui se trouvait à côté d'elle.
- Ta gueule ! Lui répondit Vittoria sans le regarder. Il faut faire quelque chose !
- Et nous faire repérer ?
- Je...
- Tu veux compromettre la mission ?
- Non !
- Alors, silence !
Vittoria refusait d'obéir. Elle était trop impressionnée par tout ce qu'il se passait.
Il fallait agir : le comportement de Lara était tout ce qu'il y a de plus anormal. Elle semblait hypnotiser par les yeux de Stanislas. Ce dernier l'empoignait férocement et commençait à tendre sa main vers elle. Quelques secondes plus tard, il serrait son cou avec force et détermination.
- NON ! S'écria Liv en se mettant à courir vers lui.
Vittoria aussi avait réagit. Elle s'était élancée sur la piste de danse en éloignant les autres invités violemment. Elle avait été la première à se jeter sur l'homme tandis que Moustapha arrivait à la rescousse. En un bond, elle lui avait sauté sur le dos et s'écriait :
- Lâche-là !
- Comprends-tu, Lara Croft ? Murmurait étrangement Stanislas comme si de rien n'était.
Mais il s'effondra soudainement, Vittoria sur son dos. Lara, n'ayant plus le regard jaune dans son champ de vision tomba en arrière, évanouie. Liv se tenait à ses côtés, essayant de la réveiller. Moustapha tenait toujours la bouteille de champagne cassée dont il s'était servi pour frapper Stanislas quelques secondes auparavant. Il voulut prêter main forte à Vittoria mais cette dernière semblait maîtriser la situation. Elle s'était relevée et avait dégainé un petit revolver qu'elle avait garder toute la soirée accroché à son porte-jarretelle. Elle ne prêta aucune attention aux invités qui regardaient la scène, choqué et dont certains poussaient des petits cris.
- Ne bouge pas ! S'écria Vittoria.
Elle fut la première surprise de voir l'homme se mettre à cligner des yeux bêtement avant de se frotter la tête à l'endroit où Moustapha l'avait frappé.
- Que... Que se passe t-il ? Demanda t-il.- Silenzio ! Hurla t-elle. Tais-toi, espèce de sale...
Elle ne pu terminer sa phrase que ce fut un nouveau cri qui envahit la salle. Il provenait de la bouche même de Stanislas qui s'était mit à hurler de douleur en se tortillant sur le sol. Vittoria eut un mouvement de recul mais garda la tête froide et ne cessa pas de le tenir en joue.
- Je te préviens, Stanislas ! S'écria t-elle. Si tu ne te calmes pas...
Mais personne n'entendit ce qu'elle menaçait de lui faire car il se releva brusquement et, alors qu'elle tirait une balle au sol, la poussa violemment. L'italienne perdit l'équilibre et tomba sur le dos, son arme glissant plusieurs mètres plus loin, créant la panique auprès des spectateurs qui se mirent à s'enfuir en criant et en courant, donnant une vision encore plus chaotique à la scène. Moustapha s'élança vers lui pour le retenir mais une nouvelle fois l'ennemi eut l'avantage en le poussant également contre le sol. Plus loin, Maximillian, Scott et André dégainèrent leurs armes et les pointèrent sur les Nephilims qui avaient toujours leur forme humaine, prévoyant une attaque. Mas ils furent surpris de constater que les anges noirs ne leur prêtaient aucune attention, semblant absorbés par la scène. Ils ne faisaient aucun mouvement.
Par contre, Stanislas bougeait. Il était en sueur et tremblait. Les jambes menaçant de céder sous son poids, il avançait comme un démon vers une de stables sur lesquels étaient disposées des pâtisseries alléchantes. Sous les regards des quelques personnes encore présentes, il s'élança sur la table, renversant quelques plats et s'empara d'un énorme couteau pointu. Il sembla le contempler pendant quelques secondes avant de se mettre à arracher sa chemise. Vittoria le regardait faire, ne comprenant rien. Elle s'était relevée et pointait de nouveau son arme vers lui mais ne songeait même pas à appuyer sur la détente, surprise par ce changement étrange dans son comportement. Mais que faisait-il ? Il était en train de dévoiler son torse sans pudeur et ils remarquèrent alors la cicatrice fraiche.
- Seigneur ! Sembla implorer Stanislas en levant le couteau. Empêche le de me faire ça !
Et sans prévenir, il s'enfonça la lame dans sa chair, faisant crier les derniers invités d'horreur.
Stanislas leva son bras, retirant la lame de son corps. Il paraissait mal en point et cria à son tour.
- Mon Dieu ! Hurla t-il. Seigneur, empêche-le ! Je ne veux pas...
Et il renouvela son geste une nouvelle fois, puis encore d'autres fois tandis qu'un flot de sang coulait sur ses vêtements ainsi que sur le sol. Les cris redoublèrent tandis qu'il s'auto-mutilait de plus en plus vite, la lame pénétrant de plus profondément. Personne n'agissait, que ce soit les Veritatus et les Nephilims, seuls encore présents dans la salle. Puis, Stanislas enfonça une dernière fois le couteau dans sa chair avant de hurler une plainte déchirante :
- AIDEZ-MOI !
Et il s'effondra le dos sur la table, les yeux grands ouverts. Vittoria n'en croyait pas ses yeux. Elle resta bouche-bée. Malgré tout ce qu'ils avaient anticipés durant la soirée, jamais elle n'avait songé à un tel scénario : Viktor Stanislas venait de se suicider.
~
~
Chapitre 7 Partie 2 - Sommaire - suite bientôt
~
~