'
.
_

lundi 20 octobre 2008

Chapitre 3 : Sous l'Océan

*
CHAPITRE 3 : SOUS L'OCEAN
*
Après avoir détaillé tout les murs de la pièce, Lara aperçut un puits creusé dans le sol. Descendant encore plus profondément dans les entrailles de la terre, il constituait le seul chemin possible pour continuer.
*
Il est temps de s’en rendre compte Croft.
*
En effet son attention avait jusque là été entièrement accaparée par les peintures et elle n’avait pas remarqué la cavité dans le sol. Un manque de vigilance qui aurait pu lui couté cher.
L’archéologue s’approcha du puits et y jeta sa torche. Au fur et à mesure que la torche tombait dans le gouffre elle éclairait les parois de celui-ci, laissant apparaitre d’importants trous dans la roche. N’empêchant pas la descente du conduit, ces trous pourraient même fournir de bonnes prises à Lara et ainsi l’aider dans sa progression. La lumière au fond du puits cessant de faiblir, Lara put estimer la profondeur de la fosse à une vingtaine de mètres. Elle s’accroupit alors et commença à descendre. Dos à la paroi, ses mains et genoux en appuient contre le mur face à elle, l’archéologue descendit peu à peu l’étroit conduit.
*
Arrivée à mi-parcours, Lara entendit soudain un cliquetis métallique provenant d’en haut. Alertée elle redressa la tête et eut à peine le temps d’entrevoir une forêt de lames acérées sortir des trous le long de la paroi rocheuse. Le piège millénaire empalait quiconque se trouvait dans le conduit. Les lames s’approchant à grande vitesse, Lara n’eut pas le choix et se laissa tomber. Juste à temps pour en réchapper. Elle heurta alors violemment le sol, écorchant ses pieds nus et son visage sur la pierre froide.
Sentant une douleur atroce à son poigné droit Lara se releva péniblement et sorti par précaution l’un de ses 9mm de sa main encore valide. La douleur a ceci de particulier qu’elle est toujours aussi dur à supporter, quelques soit les souffrances que l’on a déjà du endurer. Lara ne le savait que trop bien.
*
On ne s’habitue pas à la douleur.
*
La torche chimique s’éteignit brusquement. Lara sentit quelque chose bouger autour d’elle. Priant pour que ce ne soit que le vent elle prit son sac et craqua rapidement une nouvelle torche. Elle se retrouva dans un vaste couloir triangulaire. L’architecture ne laissait encore une fois pas de doute possible sur l’origine du temple. Elle était toujours seule mais quelque chose la perturbait.
*
Il n’y a pas de vent dans les temples sous-marins.
*
Ce sentant soudain stupide Lara ne put réprimer un frisson d’effroi. Elle en était sure, on l’avait frôlé lorsqu’elle se trouvait dans le noir. Après avoir prit quelques minutes pour faire l’inventaire de ses torches chimiques, dont le nombre commençait sérieusement à diminuer, l’archéologue commença à arpenter le couloir. Dépourvu de toute ornementation les murs faisaient raisonner les pas de l’archéologue sur le sol de pierre.
Elle s’arrêta soudain, entendant un autre bruit émanant des ténèbres juste devant elle. On courait à sa rencontre. Des bruits de pas oppressants qui se faisaient de plus en plus bruyants, signe qu’on approchait. Gardant son sang froid Lara lança la torche sur le sol et prit son 9mm de sa main gauche. Le braquant dans le vide, elle attendit.
*
*
***
*
Raisonnant dans la demeure des Croft avec force, le coup de feu brisa le calme de la douce campagne anglaise. Sans vraiment comprendre pourquoi, Winston gisait à présent dans son propre sang. Une délicieuse impression de paix se rependait en lui, effaçant toutes sensations de douleur ou de tristesse. Sentant la vie s’éteindre peu à peu en lui. Il eut alors une dernière pensé pour elle.
*
Soyez prudente Miss.
*
Un hurlement de rage retentit alors dans le salon des Croft.
-SI VOUS N’ETIEZ PAS AUSSI STUPIDE CE GENRE DE CHOSE NE SE PRODUIRAIT PAS !
Essayant tant bien que mal de retrouver son calme, Anna Valmor se tourna vers l’auteur du coup de feu.
-IMCAPABLE ! Non seulement vous provoquez l’échec de cette mission mais en plus de cela Croft va nous rechercher maintenant ! Avions-nous besoin de cela agent Smith?
-Non madame, répondit la montagne de muscle devant elle d’un air stupide.
L’expression dépitée que l’on pouvait lire sur le visage des agents présents dans la pièce ne faisait qu’augmenter la colère de leur supérieure.
-Des américains ! Je lui avais dit mais il n’a pas voulu m’écouté ! IL M’A DONNE DES AMERICAINS ET VOILA, s’emporta-t-elle.
*
La jeune femme était excédée. Tout aurait pourtant put être d’une incroyable simplicité. Prendre le vieillard en otage, trouver les cristaux, repartir sans laisser de traces. Le plan, prévu de longue dates, était imparable. Il avait pourtant suffit d’un stupide américain. Mais c’est elle qui allait devoir rendre des comptes. La jeune femme à l’accent russe très prononcé baissa les yeux pour mieux examiner son nouveau tailleur maintenant constellé de gouttes de sang.
*
-Bien, il va falloir que je me change maintenant. On va encore perdre du temps CA M’ENERVE.
Elle pointa un doigt impérieux sur la milice et ajouta.
-Trouvez moi ces putains de cristaux et ensuite laver moi ça. Je déteste laisser du désordre derrière moi.
*
*
Chapitre précédent - Sommaire - Chapitre suivant (bientôt)
*
*

0 commentaires: