'
.
_

lundi 20 octobre 2008

Ch 1 - Partie 1 : Résurrection

*
CHAPITRE 1 : RÉVEIL
PARTIE 1 : RÉSURRECTION
*
Quelques mois auparavant
*
Le disciple du Daemon Flamma avançait dans les souterrains qui s'étalaient sous la forteresse du Strahov. Le laboratoire d'Eckhardt avait été dévasté par la violente explosion et l'installation de résurrection était partie en pièces. Une mission qui était finalement un échec. Jamais il n'aurait dû laisser Karel seul. Il devait se débrouiller mais pas faire échouer tous les plans. Il devait réussir la résurrection du Dormeur et il avait totalement échoué. Peut-être que si le Daemon lui avait dit tout ce qu'il savait, Karel aurait été beaucoup plus soigneux dans sa tâche. Et il était là, la tête séparée de son corps. Un visage mêlant douleur et terreur se trouvait au pied du disciple. Sans aucune douceur, comme possédé par un être démoniaque, Viktor Stanislas attrapa la tête de Karel avant de prononcer des paroles sur un ton inhumain et froid. Il n'avait aucun remords, juste la culpabilité d'avoir cru un incapable dans son genre pouvoir ressusciter la race des Nephilims.
- Joachim, vous me décevez...
Le maître était furieux mais il savait contrôler sa colère. Le plan B était le plus délicat pour les recherches qu'il fallait effectuer. Le Daemon Flamma voulait que Stanislas réussisse cette nouvelle tâche. Il le fallait. Ce qui suivit cette décision fut horrible.
*
Souterrains d'Istanbul – Turquie – 3 ans plus tard
*
Il marchait depuis des heures mais il ne sentait pas la moindre fatigue dans ses jambes. Il avait retrouvé l'Arche. Depuis des années, il ne faisait que la rechercher. Après avoir traduit des textes anciens, fait des recherches depuis de nombreuses décennies qui n'avaient jamais abouties, Viktor Stanislas était certain que la salle secrète avait disparue et qu'il ne pouvait plus rien faire. C'était abandonner trop vite : un de ses contacts l'avait informé des nouveaux souterrains qui avaient été découverts sous la capitale de la Turquie. C'était une chance inouïe.
- Elle est là... Ils sont là... se répétait Stanislas. La relique est là...Il était, toutefois, calme. Cela ne servait à rien de se précipiter.
*
Puis, il y arriva. L'homme venait de pénétrer dans une salle aux dimensions gigantesques, éclairée par des torches aux flammes éternelles, dont les parois étaient totalement en pierres et en terre. Il s'agissait des ruines d'un temple qui avait appartenu à une civilisation avancée. L'endroit dans lequel Stanislas venait de pénétrer était l'Arche des Nephilims. Il s'agissait d'un sanctuaire vieux de plusieurs siècles, longtemps oublié dans lequel enfants des anges et des mortels étaient endormis, tentant de retrouver leur énergie. Stanislas connaissait l'histoire : un monstre du nom d'Eckhardt avait fait un pacte avec eux pour connaître l'immortalité. Mais l'alchimiste noir avait tout prévu : il les a trahit en massacrant une grande partie si bien qu'il n'en restait qu'une centaine, laissés pour morts dans l'Arche. Il faisait sombre, froid malgré les torches enflammées. C'était un lieu immonde où des squelettes d'humains étaient éparpillés un peu de partout. Il y avait des inscriptions dans un langage antique qui ornaient les murs, certainement la langue de ces êtres.
*
Stanislas avança vers le centre de la pièce. Il savait qu'il y avait une sorte d'autel au milieu même de la salle, cette dernière ayant une forme circulaire. L'homme s'avança vers l'autel en question.
- La relique... Elle est ici...
Il tendit sa main vers l'autel et en retira un objet, qui tenait dans sa main, de la forme d'une sphère. Il ne s'agissait que d'un fragment de L'œil mais c'était suffisant. De toutes les reliques que connaissait Stanislas, L'œil du Lux Veritatis était la plus puissante. Construite par les membres du Lux à partir de roches galactiques et de sang de Nephilims, elle avait été divisée en trois et chacune des parties reposait quelque part en Europe. Celle-là avait été posée ici au 17ème siècle par le Lux pour empêcher les Nephilims de se réveiller, ces derniers ne pouvant pas être tués, protégés par les plus fortes magies noires qui pouvaient exister. Même divisé, L'œil était puissant. Lorsqu'il le toucha, Stanislas ressentit le pouvoir l'envahir.
- Enfin... J'attendais ce pouvoir depuis des années !
Des années de patience insoutenable... Il y était enfin arrivé !
*
Après avoir installé la relique dans une poche sécurisée, Stanislas leva sa tête vers le mur qui se trouvait en face de lui. Grâce à la lumière des flammes, il vit les Nephilims, endormis dans des espèces de containers de cristal de formes sphérique, incrustés dans le mur sur toute sa longueur et sa hauteur. Les monstres étaient immobiles, leurs paupières fermées. Le pouvoir de L'œil les avait maintenus plus longtemps que prévu dans ce sommeil profond. Ils étaient grands, mesurant certainement dans les deux mètres trente. Ils ne possédaient pas de lèvres et leurs corps tout entier semblait être parsemé de symboles gravés dans leur chair blanche. Leurs mains comportaient quatre longs doigts, ces derniers ayant un surplus de phalanges par rapport à l'homme. Ils avaient une forme humanoïde mais ressemblaient trop à des démons venus des enfers pour qu'on puisse penser qu'il s'agissait de fils d'anges.
- Il est temps que cela cesse ! S'exclama Stanislas à haute voix. Nephilims, réveillez-vous ! Votre Maître vous l'ordonne !
Il frappa alors dans ses mains et tous les containers de verre se brisèrent. Une pluie de lames tranchantes s'abattit sur le sol de la salle.
*
Ils étaient réveillés. Ils avaient été réveillés brusquement par cet homme qui s'était déclaré leur maître. Un des Nephilims s'avança vers lui, les siens derrière lui, regardant ce qui allait se passer. Le Nephilim en question s'avança vers Stanislas, le surpassant en taille, lui faisant face.
- C'est moi... annonça Stanislas, un sourire démoniaque sur ses lèvres.
Le Nephilim ne comprit pas qui il était. Puis, il eut une illumination. Il venait de sentir la puissance de cette personne. C'était incroyable mais c'était pourtant réel.
L'être se tourna donc vers les siens et annonça d'une voix rauque :
- Prosternez vous devant votre Maître !
Ils s'exécutèrent, ils venaient de se soumettre à Stanislas, ce dernier ne s'en étonnant pas. Tout était prévu depuis le début : il avait trouvé son armée des ténèbres. Il s'avança pour que tous les Nephilims puissent le regarder.
- Mes amis ! S'exclama t-il. Le temps que nous attendions tous est venu ! Dans les jours qui vont suivre, l'avenir du monde sera entre nos mains ! Les Nephilims vont revenir à la surface de la Terre pour dominer les humains ! Et cette fois ci, l'Église ne nous empêchera pas d'accomplir notre vengeance ! Réveillons le Daemon Flamma !
Les Nephilims poussèrent des exclamations de joie et sortirent de leur Arche de repos.
*
Océan Atlantique – À bord du « Marina » - 5 Juillet 2006
*
La traversée de l'Atlantique était quelque chose de fascinant pour Katherine MacCormick. Elle adorait cette vaste étendue d'eau qui la retenait prisonnière, le ciel bleu et le soleil l'éclairant et la rendant brillante. C'était magnifique, tout simplement. Un véritable paradis.
Mais en ce réveillant, Katherine eut la stupéfaction de ne pas reconnaître ce décor de rêve. Le ciel était noir de haine, de colère et de larmes qui appartenaient au Diable. Et il venait d'envoyer ses sbires commencer le carnage.
*
Quelques heures plus tard, Katherine était certaine d'être la seule survivante. Cachée dans sa chambre, armée d'un pistolet, elle pleurait de tristesse et de peur surtout. Elle venait d'assister au massacre des passagers du Ferry « Marina ». Les hommes avaient été égorgés, les femmes violées et les enfants dévorés. En repensant aux scènes affreuses auxquelles elle venait d'assister, Katherine vomit sur sa robe. Elle tremblait, à la limite de l'hystérie et elle hurla lorsqu'elle sentit que l'on essayait d'ouvrir la porte contre laquelle elle était adossée. Il y eut une brusque secousse et elle fut projetée contre son lit, sa tête heurtant la table de chevet au passage. Le Nephilim avait réussit à entrer, faisant voler la porte en éclat lorsqu'il la traversa. Elle n'eut qu'une seconde pour réagir : pointant son arme vers lui, elle tira toutes les balles de son chargeur. Ce fut avec stupéfaction qu'elle vit que la créature n'avait aucune blessure. L'être démoniaque eut une sorte de ricanement rauque et s'avança vers Katherine qui essaya vainement de fuir. Elle tenta de se défendre mais ce fut la mort qui gagna finalement.
Il était l'heure de partir et le Nephilim regrettait sincèrement de devoir quitter sa victime. Il se retira finalement d'elle et sortit de la pièce sans lui accorder le moindre regard. Katherine souffrait énormément, à tel point qu'elle ne pu pleurer. C'était le sang qui s'échappait de son corps à présent, de ses yeux que la bête venait de crever, de son ventre qui comportait plusieurs blessures et de son vagin. Son voyage au paradis s'était transformé en enfer. Et les flammes se mêlèrent à la pure horreur qui venait de frapper la vie de Katherine.
*
Dans le ciel, armés de victimes pour se délecter lors de leur prochain repas, les Nephilims virent avec satisfaction le ferry exploser, une boule de feu montant au paradis pour l'incendier... Ce qui n'allait pas tarder, ils en étaient sûrs. Ils disparurent dans les nuages, une longue traînée verte derrière eux, une joie malsaine faisant vibrer leur cœur froid.
*
Manhattan – New-York City – Bureaux de CROFT INDUSTRIES – 7 Juillet 2006
*
La tour créée par Lara Croft avait été construite en trois années. Elle était grande, majestueuse, et du dernier étage, on avait l'impression de dominer New-York. La pilleuse de tombes s'était reconvertie dans le métier de professeur d'histoires antiques. Il s'agissait d'un métier qu'elle aimait exercer et c'était le principal. Elle vivait les pillages de tombeaux à travers des vidéos filmées par ses employés, ces derniers explorant les ruines et les tombeaux sous ses ordres. Lara avait tiré un trait sur son passé dès la nuit où son manoir avait brûlé. Bien sûr, elle gardait ses souvenirs et ne manquait pas de rendre visite au Père Patrick, à ses parents avec qui elle était en bons termes et elle envoyait très souvent des lettres à Winston, son ancien majordome qui était resté son ami. La jeune femme avait changée elle aussi : malgré qu'elle ait vieillit, elle paraissait plus jeune, plus jolie et lorsque des souvenirs trop malheureux lui revenait en mémoire, elle cachait sa tristesse derrière un sourire malicieux qui n'était pas sans rappeler celui des jeunes filles.
Dès le moment où elle avait décidé de changer de vie, elle avait pensé à user de son argent pour changer de visage mais avait finalement renoncé. Lara le savait très bien, se faire charcuter le visage n'était absolument pas son truc.
*
Dans son bureau, Lara était en contact vidéo avec une équipe d'archéologue qu'elle avait envoyé en Inde pour explorer un tombeau qui devait renfermer des trésors inestimables. Malheureusement, l'équipe qu'elle avait engagée ne semblait pas capable de trouver la pièce où étaient cachés tout ce qui avait appartenu aux rois des ruines en exploration. Au moment même, elle était en pleine discussion avec le chef de l'expédition, le très réputé Richard Smith, un archéologue britannique qui avait accepté de travailler pour Lara.
- Vous êtes absolument sûr que vous ne trouvez pas la pièce ? Demanda Lara qui regardait son interlocuteur, ce dernier visible sur l'écran de son ordinateur.
- Hélas, miss Croft, répondit Smith. Il semblerait que les trésors soient beaucoup mieux protégés que nous le pensions.
- Très bien... annonça Lara avec une pointe de déception dans sa voix. Observez tout cela pendant une semaine, si vous découvrez un passage secret ou un autre passage inconnu de nos plans, prévenez moi et surtout, n'oubliez pas la règle d'or...
Smith la coupa avec un sourire :
- Je sais, règle numéro 1 chez n'importe quel archéologue : être sur ses gardes à tout moment !
Avec un sourire, Lara coupa la liaison. Elle se leva et alla regarder par l'immense fenêtre qui illuminait son appartement, qui était également son bureau, situé au dernier étage de la tour de CROFT INDUSTRIES. Elle regarda alors un building désaffecté, situé non loin du bâtiment dans lequel elle vivait, qu'elle ne connaissait que trop bien : il s'agissait de la tour VCI qui avait appartenu, autrefois, à Werner Von Croy. Après sa mort, l'immeuble avait été abandonné et n'avait jamais été racheté depuis. C'était triste mais Lara ne pouvait rien faire : vivre dans le building de son défunt mentor lui rappellerait trop de souvenirs. Elle préférait avoir une pensée pour Werner chaque fois qu'elle regardait la tour VCI et c'était tout.
*
La jeune femme rassembla ses affaires, ayant un cours à donner à des jeunes gens : Lara Croft s'était reconvertie, était passée du statut de pilleuse de tombes à celui de professeur d'histoire. Elle n'était pas malheureuse, elle aimait faire vivre l'histoire à travers elle. Et puis, elle avait une grande expérience. N'était-elle pas la femme qui avait combattu Seth ou bien qui était allée en Atlantide ?
*
- La Grèce antique a connue une grande histoire passionnante, annonça Lara devant une cinquantaine d'élèves qui la regardait avec attention. Ce pays a connu de nombreux héros qui méritent que leurs noms soient rappelés. Quelqu'un peut-il me rappeler le nom du souverain le plus ambitieux et le plus intéressant ?
Aucun élève ne répondit, certainement par timidité. Peut-être qu'elle les effrayaient, elle n'en savait rien.
- Allons ! C'est vraiment très simple ! Insista la jeune femme.
Un élève, situé au troisième rang, leva timidement la main.
- Oui, monsieur Brown ?
- Heu... Je crois que c'est Alexandre III.
- Parfaitement, il s'agit d'Alexandre III, dit le Grand. Né en Macédoine en 356 avant la naissance du Christ, mort à Babylone, 33 ans plus tard, le fils de Philippe a soumit la Grèce révoltée. Pouvez vous nous citer quelques dates de sa vie ? Miss Kelley ?
La jeune fille, une rouquine qui avait des nombreuses taches de rousseur prit la parole :
- Il a été roi de Macédoine de - 336 à - 323, et il a vaincu les troupes perses de Darios III en 331 avant Jésus-Christ, je crois...
- Non, c'était en 334 ! s'exclama un jeune garçon aux origines asiatiques. Il a fondé une douzaine d'Alexandrie !
- Exact, répondit Lara. Que pouvons donc dire d'autre à propos de notre ami Alexandre ?
Une jeune fille Afro-américaine leva sa main.
- Miss Bowers ?
- J'ai lu un texte dans un livre, annonça cette dernière. Alexandre est le seul homme à avoir tenu le Bâton de Lumière.
Lara s'arrêta brusquement, étonnée que son élève connaisse cette légende. Elle lui répondit, légèrement abasourdie :
- Heu... Je vous en prie, Angela, continuez !
- Cette relique aurait été découverte en Asie, plus précisément en Inde. Selon les diverses légendes, il serait apparu lors de la création de la Terre. On raconte que ce bâton peut se métamorphoser en arme. Il pourrait se transformer en une lance, voire en épée, selon le désir. Dans des textes antiques dans la bibliothèque d'Alexandrie, il est fait mention du bâton dans les armes favorites d'Alexandre. Cela expliquerait pourquoi il a gagné tellement de batailles et conquit tant de territoires. Après sa mort, il demanda à Ptolémée, un de ses généraux et meilleur ami après Héphaestion, de ramener le bâton en Asie dans le sanctuaire dans lequel il avait été trouvé. Ptolémée ignorait qu'il s'agissait d'une arme et rapporta lui même le bâton dans le temple.
Lara resta silencieuse pendant un court moment. Lorsqu'on lui avait demandé de donner des cours à des jeunes adultes, elle ne se doutait pas qu'une de ses élèves lui raconterait l'histoire exacte du Bâton de Lumière.
- C'est exactement ça. Félicitations, miss Bowers !
Plusieurs élèves levèrent la main. Lara interrogea l'un d'eux.
- Angela a dit qu'Alexandre a conquit de nombreux territoires grâce à ce bâton, qu'il a trouvé en Inde. Mais Alexandre est allé en Inde quelques années avant sa mort. Ce ne peut pas être grâce à ce bâton qu'il est devenu l'empereur le plus puissant de la Grèce antique.
- Miss Bowers n'a jamais dit qu'Alexandre avait trouvé la relique, répliqua Lara. En vérité, ce fut un de ses amis voyageurs qui avait trouvé cette relique et la lui a offerte, tout en ignorant la puissance du bâton.
- Mais cette histoire, c'est forcément une légende ! S'exclama un autre élève. Un bâton magique, c'est un truc qui n'existe pas !
- Faux, mon cher ! Les légendes sont toujours tirées d'un fait réel et souvent elles sont plus que fondées ! Miss Bowers a résonné comme moi, lorsque j'étais archéologue, comme si la relique existait vraiment. C'est en résonnant de cette façon que l'on devient un vrai pilleur de tombes.
Les jeunes gens poussèrent de silencieuses exclamations d'étonnement.
- Le Bâton de Lumière est une relique que les historiens classent de « simple légende ». L'archéologie ne réfute pas cette vérité, de nombreuses reliques étant simplement inventée pour peaufiner les textes. Toutefois, il faut toujours faire de plus amples recherches afin de trouver la moindre petite faille qui puisse permettre de prouver l'existence de cette relique. L'archéologie repose sur l'exploration des textes, de quelconques témoignages, de l'étude des reliques et de leurs origines, de leur similitude avec d'autres artefacts qui appartiennent à d'autres civilisations afin de pouvoir se rendre sur le terrain et de pouvoir explorer les lieux. Il s'agit d'un travail qui ne consiste pas à avancer en aveugle et c'est pourquoi il faut rester sur ses gardes, sur le terrain et sur les sources de notre travail.
Elle prit un dossier sur son bureau et l'envoya avec une précision étonnante vers un élève qui paraissait captivé par ce qu'elle racontait.
- C'est valable pour votre travail, Monsieur Matthew ! J'aimerai bien savoir qui est le crétin qui vous a sorti que Hitler a détenu la pierre Philosophale ? Elle était dans des catacombes à Rome ! Une grande partie des élèves ricanèrent et le jeune Matthew eut du mal à ne pas sourire.
- Bien ! Pour le prochain cours, j'aimerais un exposé détaillé sur le Bâton de Lumière et les différents mythes qui lui sont consacrés.
*
*
*
*

0 commentaires: