'
.
_

mardi 21 octobre 2008

Ch 2 - Partie 2 : Tout ce qu'elle avait Refoulé

*
CHAPITRE 2 : TEL UN SPECTRE
PARTIE 2 : TOUT CE QU'ELLE AVAIT REFOULÉ
*
Paris – France – 14 Juillet 2006
*
Paris semblait avoir été abandonné de ses nombreux habitants. Les seules personnes qui étaient présentes dans les rues étaient des journalistes et quelques badauds. Lara Croft était arrivée à Paris, le matin même après s'être forcée à dormir dans son jet privé. Le ciel était noir. Jamais dans sa vie, Lara n'avait vu un spectacle semblable. La nuit semblait être tombée sur la ville, les réverbères tous allumés.
*
Lara n'aimait plus Paris. Elle avait connu ses meilleures années lorsqu'elle avait résidé sur la Côte d'Azur mais le souvenir du Monstrum était gravé dans sa tête. C'était un cauchemar impossible à exorciser.
*
Par la fenêtre de sa chambre du Ritz, Lara regardait les éclairs qui zébraient le ciel. Elle n'aimait pas ça. Il se passait quelque chose d'effrayant. On aurait dit que l'ombre avait envahit la planète. Depuis quelques jours, elle n'avait vu aucun soleil. Les Nephilims étaient derrière tout cela, elle en était sûre.
*
Les rues étaient sombres et mal éclairées. Heureusement, si elle pénétrait dans un lieu sombre, elle avait une torche électrique dans son sac. Pour sortir, elle avait adopté une tenue banale : un chemisier blanc et un pantalon assez confortable pour courir. Le seul point noir était les chaussures à talons qui allaient la gêner. De toutes façons, elle les enlèveraient le moment venu. Ses armes étaient rangées dans son sac, prête à les utiliser en cas de problème. Elle avait également emporté le Chirugaï du défunt Kurtis, dans l'espoir qu'il s'ouvre de nouveau, au moment où elle serait proche du Nephilim. Elle avait gardé l'arme précieusement, cachée, seul souvenir qu'elle avait de Paris.
*
Elle était arrivée en dessous de la Tour Eiffel, et Lara regarda le Nephilim, entouré d'un halo vert, qui semblait immobile et qui paraissait dominer Paris. Il n'y avait quasiment personne, à part des journalistes et quelques policiers français. Maintenant qu'elle était là, qu'allait-elle faire ? Si elle tentait de monter au sommet de la tour, la créature l'attaquerait et elle était certaine de mourir. Il valait mieux pour elle de rester à l'écart pour l'instant, essayant de voir ce qui allait se passer. La jeune femme sortit un caméscope numérique de son sac et se mit à enregistrer le Nephilim, zoomant sur lui.
- C'est un Nephilim, créature hybride engendrée par l'union des anges et des femmes. Ce sont les fils des anges déchus. Celui que j'ai éliminé à Prague, dans les sous-sols de la forteresse du Strahov, était censé être le dernier de sa lignée, Karel n'étant certainement pas un Nephilim « pur ».
Elle resta silencieuse un court moment avant de reprendre :
- Ce Nephilim ressemble surtout à celui que j'ai affronté. Il doit avoir de nombreux pouvoirs, ce qui a été démontré.
Elle sortit le Chirugaï de son sac et plaça ses doigts dans les trous correspondant. Il resta immobile et n'eut aucune réaction.
- Le Chirugaï, l'arme du Lux Veritatis, ne réagit pas, annonça t-elle. Elle ne devait fonctionner que lorsque Kurtis Trent était vivant.
Elle enregistra la vidéo et éteignit son appareil, le rangeant dans son sac. Elle se tourna vers le Pont d'Iéna, placé derrière elle et vit quelqu'un qui se tenait debout, en plein milieu du Quai Branly, et qui semblait l'observer. Cette personne était habillée tout en noir, dans un costard impeccable, qui lui donnait un air effrayant. Pourquoi cet homme la regardait avec autant d'insistance ? Cela faisait froid dans le dos de Lara. La jeune femme avança vers lui, lentement. Elle tenait le Chirugaï dans sa main, toujours sans réaction, tandis qu'elle s'approchait. À chaque pas, elle semblait reconnaître ce visage inexpressif jusqu'au moment où elle fut à quelques centimètres de lui. Tout lui revint, tout ce qu'elle avait refoulé durant ces trois dernières années revint en elle, lorsqu'elle reconnu ce visage, celui qu'elle n'avait jamais cru revoir.
- Vous ! S'exclama t-elle, à moitié terrorisée par cette espèce d'apparition.
Tout ce passa alors très vite : l'homme avait brusquement poussé Lara en arrière, la faisant tomber à terre et avait fuit vers l'escalier qui descendait sur les rives de la Seine.
- Revenez ! Hurla Lara en revenant.
Difficilement, elle couru à son tour, gênée par les chaussures qu'elle portait. Mais elle n'y pensa pas car elle était folle de rage. Elle descendit les escaliers et vit l'homme qui courrait, plus loin.
- Arrêtez-vous ! Hurla Lara.
Elle sortit à toute vitesse ses Mach 5 du sac et les pointa vers lui. Mais alors qu'elle s'apprêtait à ouvrir le feu, ne serait-ce que pour effrayer ce personnage, elle le vit disparaître dans le sol. Elle se précipita à l'endroit où l'homme s'était volatilisé et vit une bouche d'égout ouverte. Il était descendu par là, à l'aide d'une échelle. Lara retira ses chaussures et s'engouffra dans le trou.
*
Une odeur pourrie provoqua une envie de vomir dans la gorge de Lara. Sa lampe torche dans la main, une de ses armes dans l'autre, elle avançait dans les égouts répugnants qui grouillaient de rats, après être descendu d'une dizaine de mètres sous terre. Elle marchait sur une petite passerelle métallique, suspendue à un mètre de l'eau pourrie, cette dernière se séparant sur plusieurs chemins. Des bruits de pas rapides la guidait vers l'homme, le suivant à distance, ce guidant au bruit métallique qui résonnait. Puis, les bruits de pas disparurent.
- Non ! Murmura Lara. Non ! J'allai le rattraper !
Elle avança plus rapidement, se fichant du bruit qu'elle pouvait faire, traversant une rivière d'eau noire, et arriva du côté opposé où elle se trouvait, quelques secondes auparavant. Elle vit alors, encastrés dans la paroi de béton, des barreaux d'échlles qui menaient à un niveau supérieur.
- Tu es passé par là, ordure... grogna Lara entre ses dents.
Il y avait longtemps qu'elle avait oublié son éducation aristocratique et sans être vulgaire, elle laissait parfois échapper un juron. Rangeant son arme dans une poche de son pantalon et grimpa à son tour.
Elle était encore sous terre lorsqu'elle sortit d'une bouche d'égout, et l'endroit était fort peu accueillant, le peu de lumière possible lui permettant de reconnaître l'endroit dans lequel elle se trouvait.
- Les catacombes...
Elle sortit de nouveau son arme et, tenant toujours sa lampe, la pointa droit devant elle. Elle entendait des bruits de pas calme, l'homme marchant. Avec un stress qu'elle parvenait à maîtriser, Lara avança dans une sorte de long couloir de pierre aux formes asymétriques. Puis, elle pénétra dans ce qui semblait être une salle circulaire, un peu mieux illuminée mais pas grâce à la lumière du « jour » qui passait à travers des bouches d'aération. Sur les parois rocheuses étaient encastrés des lampes électriques qui répandaient une lumière blanche. Avec étonnement, Lara vit un ascenseur, qui semblait encastré lui aussi au fond d'une des parois. Sans prendre garde, Lara s'avança vers lui et remarqua qu'il n'y avait pas de bouton pour l'appeler mais une sorte de serrure pour une clef magnétique. Lara l'observait, remarquant une inscription, faite par un laser professionnel : « LIGHT ENTREPRISE ».
*
Il s'était avancé lentement, alors qu'elle observait l'ascenseur. D'un pas calme et silencieux, il s'était glissé derrière elle et avait tendu une main, tout aussi calme, et lui effleura ses cheveux détachés. La lumière blanche faisait refléter une magnifique couleur presque rouge foncé. Cela avait été un geste stupide car la jeune femme s'était retournée brutalement, lui donnant un coup de poing qui l'envoya plus loin, mais ne lui faisant pas perdre l'équilibre. La jeune femme avait sortit une deuxième arme et l'avait pointé sur lui.
- Étrange, hein ? Tout le monde fait des erreurs dans sa vie mais vous, vous avez commis la vôtre, il y a trois ans et elle est impardonnable pour moi !
Une erreur commise, trois ans auparavant... Il s'en souvenait mais l'avait oubliée depuis.
- Regrettable erreur, n'est ce pas... Kurtis ?
*
*
*
*

0 commentaires: